1. Accueil
  2. les dossiers
  3. consultation pour l'aménagement de l'avenue du peuple belge

Consultation pour l'aménagement de l'avenue du peuple belge

L'avenue du Peuple Belge attend le retour de l'eau courante

Le magnifique cliché ci-dessus, conservé à la bibliothèque municipale de Lille, montre le paysage et la perspective de la Basse-Deûle avant qu’on ne la comble en 1930 pour en faire ensuite au fil d’aménagements irréfléchis la friche actuelle de l’avenue du Peuple-Belge. Il faut maintenant une volonté affirmée pour que Lille retrouve ce patrimoine urbain exceptionnel qui la hisserait au rang des autres villes de la Flandre et à la hauteur de son rôle de capitale de l’Eurorégion.

Découvrez ici toutes les raisons de remettre en eau la Basse-Deûle :

Histoire et patrimoine, perspective et paysage

Aujourd’hui défigurée et incompréhensible, l’avenue du Peuple Belge où coulait jusqu’en 1930 la Basse-Deûle, est le site primordial de l’histoire de Lille. Ce fleuron patrimonial par excellence doit être retrouvé, restitué et restauré avec autant de soin qu’on l’a fait pour le reste de la vieille ville.

Le lieu de naissance

Lille est née entre la Grand-Place et le port, entre la convergence au pont de Fins, (rue des Manneliers), des routes venues du sud et de l’est, du Hainaut et de l’Artois, Tournai, Valenciennes, Douai, Arras, Béthune, Thérouane, et le déploiement au bord du rivage, (place du Lion d’Or) des routes allant vers l’ouest, le nord et la Flandre, Ypres, Bruges, Gand, Courtrai. La boucle de la rivière était favorable au passage à gué et à l’installation d’un port reliant Lille à la Lys.

Le coeur historique

Sur le rivage, au bord du port, la ville s’est développée et organisée à l’ombre des lieux de pouvoirs : motte féodale (La Treille), palais de la Salle, (rue de la Monnaie), château de Courtrai (rue de Gand) et collégiale Saint-Pierre avec son collège de chanoines (place du Concert).

Le pouls économique

Jusqu’à la création du port Vauban, place Catinat, en 1870, le pouls économique de Lille a battu sur le rivage de la Basse-Deûle. Même après la création du port du haut, actuel quai du Wault, au XIVe siècle, le grand rivage est resté le principal lieu d’activité économique. Vauban le fera allonger jusqu’à l’actuelle usine élévatoire. La première industrie lilloise s’y installera à partir de 1840, avant d’essaimer dans le reste de la ville. S’y trouvaient les trois moulins hydrauliques de la ville ancienne.

Un patrimoine à retrouver

Avec ses quais en grès et ses ponts, la Basse-Deûle était un paysage magnifique, un patrimoine en soi dont il convient de remettre au jour les parties simplement enfouies et de reconstituer, avec subtilité, les parties disparues pour relire une page de l’histoire de Lille dans ce qui pourrait être un formidable outil pédagogique.

Un haut lieu de l’architecture lilloise

Nul n’y prête attention tant le paysage est morcelé et dégradé, mais l’avenue du Peuple-Belge résume l’architecture lilloise concentrant sur son kilomètre un catalogue de ce qui a été construit à Lille de 1636, maison de Gilles de le Boe, à 2020, immeuble blanc de la rue Saint-Joseph sans oublier palais de justice, 1970, halle aux sucres, 1840, maisons du rivage, 1663, hospice général, 1715. Á l’hospice Comtesse, on remonte encore plus loin dans le temps avec le souterrain canal Saint-Pierre qui conserve les bases médiévales du moulin comtal. Une fois la rivière remise en eau, toutes les architectures dialogueront au long des quais dans une promenade instructive.

Un paysage subtil

Formant une baïonnette dont la rotule est la halle aux sucres, l’avenue du Peuple-Belge est un paysage plus sophistiqué qu’il n’y paraît, composé de deux bras en faux alignement comportant chacun des lignes de fuite vers les ponts. Actuellement, l’absence de transparence des ponts, l’abondance d’une végétation d’arbres de haute tige hors d'échelle, ont rendu ce paysage illisible, occultant toutes les perspectives. Les aménagements successifs, en contradiction avec la nature même du site, l’ont progressivement déconstruit, le fragmentant en unités sans cohérence. L’enjeu est de le retrouver. Seule la présence de l’eau peut lui rendre un sens dans une réconciliation avec le patrimoine et l’histoire, et une agréable utilisation contemporaine qui reliera des points de ville et des populations actuellement isolés et relégués hors du champ de la ville. La remise en eau est une perspective indispensable dans tous les sens du mot.


Economie, attractivité, tourisme : un projet digne d’une Capitale Européenne

Avec ses communes soeurs, Lille est la grande métropole flamande d’expression française de l’Europe du Nord-Ouest. Lui manque un centre à la hauteur de ce rôle de capitale de l’Eurorégion.

Relier et rayonner

Il faut sortir des frontières du Vieux-Lille et n’en pas faire qu’un projet de quartier, sortir des frontières de la métropole et n’en pas faire qu’un projet métropolitain. Non ! il faut changer d’échelle pour positionner Lille au coeur, non des Hauts-de-France, mais de l’Eurorégion franco-belge et néerlandaise, incluant aussi le Kent. Cette notion de métropole internationale, largement développée lors de la création d’Euralille, semble être peu à peu tombée dans l’oubli avec un rabougrissement des ambitions européennes de la métropole lilloise prise maintenant dans l’orbite de la grande banlieue de Paris. Le Peuple-Belge est l’atout maître de cette reconquête.

Bien compter

Certains jugent le coût exorbitant avant même toute étude pour, sans appel, en faire un repoussoir. Or il ne faut pas parler de coût mais d’économie du projet, c’est-à-dire de ce que rapportera l’investissement, dans le périmètre très élargi de la métropole.

Attirer

Remise en eau, la Basse-Deûle sera un aimant puissant qui attirera les touristes, certes, mais également tous les promeneurs de la métropole et de la région. Et les promeneurs seront les clients des commerces, restaurants et hôtels autour de cette future turbine touristique.

Retenir

Le principe de base du commerce touristique est : après avoir attiré, retenir. Remise en eau la Basse-Deûle doublera l’aire touristique du Vieux-Lille en intégrant naturellement deux pôles actuellement isolés : la Maison de Gaulle et l’église Sainte-Marie Madeleine, sans compter la mise en valeur d’architectures de toutes les époques jalonnant le parcours de l’eau. Retenus une soirée à Lille, au bord de l’eau, les touristes visiteront plus aisément le lendemain la métropole.

Élargir

Remise en eau, la Basse-Deûle offrira un nouveau linéaire commercial d’un kilomètre soit sur les deux rives, 2000 mètres développés, avec une succession de pôles d’attraction. De quoi agrandir de manière significative, un centre ville commercial et touristique étriqué, car Lille reste une petite ville avec un petit centre, que la destruction de Saint-Sauveur en 1960 a considérablement réduit.

Reconquérir

L’avenue du Peuple-Belge montre actuellement des airs de friche urbaine et économique avec un nombre spectaculaire de rez-de-chaussée aveugles et fermés. L’enjeu de sa requalification est un retour de l’activité dans ce qui fut historiquement, avec le port, le pôle économique.

Créer

A chaque extrémité de l’avenue, deux bâtiments monumentaux attendent reconversion et usage : le palais de justice et l’hospice général. Leur potentiel foncier, économique, attractif et touristique est considérable. Ils peuvent être des pôles d’activité puissants et synergiques quand la Basse-Deûle aura été remise en eau.


Un projet à haute valeur environnementale

De tous les projets de réaménagement de l’avenue du Peuple-Belge, la remise en eau sera sans conteste le plus écologique et le plus environnemental.

Un puissant régulateur thermique

On avance toujours le rôle de régulateur thermique de l’arbre, mais c’est oublier celui bien plus important et efficace de l’eau. Il suffit de se promener sur la plaine pour sentir la fraîcheur à l’approche d’un plan d’eau ou d’un canal. L’eau diffuse de la fraîcheur et de l’humidité par l’évaporation. Les échanges entre une rivière même à faible débit et l’atmosphère sont complexes et multiples.

Un exceptionnel écosystème aquatique en coeur de ville

Remise en eau courante et profonde, la Basse-Deûle sera un écosystème aquatique riche, propice à l’installation en ville d’une avifaune spécifique aux zones humides, mais aussi d’insectes, poissons et batraciens sans omettre la riche flore aquatique qui s’implantera sur le fond pour peu qu’il soit traité en lit naturel sans étanchéité ni cuvelage en béton.

Une vallée verte

En étudiant soigneusement les plantations des rives, sans privilégier les arbres de haute tige incompatibles avec l’échelle de la vieille ville, on fera de la rivière une vallée verte accueillant par exemple iris d’eau ou îlots de roselières au fil de l’eau.

Continuité écologique et corridors biologiques

La Basse-Deûle remise en eau, dans une avenue du Peuple-Belge requalifiée, fera partie d’un complexe écologique étendu, branché pour sa partie aquatique avec les fossés de la Poterne et du jardin écologique, mais également le réseau de canaux métropolitains du bassin versant de la Lys. Elle sera aussi en liaison continue avec le maillage d’espaces naturels de la couronne nord de Lille.

Trame écologique, diversité des milieux et biodiversité

Le Peuple-Belge est un maillon de la trame écologique qu’il faut créer à Lille avec des milieux diversifiés où l’aquatique aura une part indispensable encore trop faible en coeur de ville. La biodiversité a besoin d’une diversité de milieux.

Un paysage de haute qualité

Le paysage fait partie de la dimension écologique d’un projet. La remise en eau rendra à Lille un paysage et des perspectives de très haute qualité.

Promenade et mobilités douces

Est-il de plus agréable et plus poétique promenade qu’au bord d’une rivière ? Les quais de la Basse-Deûle seraient le lieu idéal pour assortir les mobilités douces en intégrant des navettes fluviales pour repousser le stationnement dans un parc adéquat hors les murs limitant plus encore l’accès de la voiture en coeur de ville.

Vous trouverez nos arguments détails concernant notre plaidoyer pour la remise en eau de l'Avenue du Peuple Belge dans notre bulletin hors-série de mai 2021 (52 pages) : à lire ou télécharger ici !

Le futur de l'avenue du Peuple Belge fait par ailleurs l'objet de reportages dans les journaux télévisés régionaux et la presse locale.
Découvrez ci-dessous les vidéos, interviews et reportages relatifs à ce sujet !

Le projet n°4 est une opportunité unique pour Lille et ses habitants en termes de cadre de vie et d'attractivité.

Notre président Jean-Yves Méreau était, mardi 26 avril 2022, interviewé par « BFM Lille » sur le sujet. Découvrez cette interview !

Reportage dans le 19/20 régional Hauts-de-France du 26 avril 2022 (début à 14'45)

Pourquoi Lille n'est-elle plus traversée de canaux, comme Venise ou Amsterdam ?

Notre communiqué de presse, en date du 16 mai 2022, pour répondre aux questionnements et commentaires sur le projet de remise en eau de l'avenue du Peuple Belge :

  Dans « Les Echos de la Déesse » de la Voix du Nord :

  La Voix du Nord en ligne, le 10 mai 2022 : « Remise en eau totale de l'avenue du Peuple-Belge à Lille : "Une opportunité à ne pas rater" »
(capture d'écran à retrouver également ici)

  Dans l'édition du 30 avril 2022 de la Voix du Nord, « Au Peuple-Belge, la remise en eau complète est l'option la plus écolo » :

Cliquez ici pour savoir comment participer à cette consultation
et comment y apporter votre voix !  



Rechercher parmi les articles

Saisssez ci-dessous votre recherche, sous la forme de mots ou d'une expression.